Se lancer dans l’e-commerce, c’est une idée tentante et tendance ! Beaucoup y pensent sérieusement ou partiellement, d’autres pas encore. Dans tous les cas, il faut absolument bien réfléchir avant de le faire. Voici donc quelques bonnes pratiques à mettre en place avant même la conception du site.

Cet article est la première partie d’une série de 3 articles parlant des bonnes pratiques avant, pendant et après la conception d’un site e-commerce. De plus, chaque point abordé dans ces articles seront plus largement détaillés dans des articles spécifiques. En espérant que ceux-ci vous aideront à vous lancer.

E-commerce : les points importants avant conception

Dans ce premier article lié à l’e-commerce, je vais aborder plusieurs points importants à prendre en compte avant de se lancer dans la conception d’un e-shop. Il est important de bien penser à toutes les éventualités avant de commencer dans ce domaine. Car même si beaucoup s’enrichissent, d’autres y perdent beaucoup d’argent et se plantent rapidement.

Voici donc, de mon point de vue, 15 points importants auxquels il faudra prêter attention lorsque l’idée vous sera venue de vous lancer. J’ai imaginé ces points suivant un ordre à suivre comme un processus de réflexion.

LE NOM DU SITE

Si vous partez de rien, la première chose à faire, avant tout, est de réfléchir au nom de votre entreprise et du site. Il faut un nom en rapport avec ce que vous allez vendre et qui sera facile à retenir, c’est-à-dire pas trop long.

Le plus important va être de vérifier toutes vos idées de noms, en regardant sur Google et sur les réseaux sociaux si les noms ne sont pas déjà utilisés ou réservés. Pensez aussi à passer voir sur OVH si le nom de domaine est libre ou transférable.

MAGASIN EXISTANT OU NON ?

J’ai déjà un magasin physique : Si vous avez un magasin physique, vous avez déjà un peu d’avance dans le processus de création de votre site, vous avez du stock, vous avez des espaces de stockage, une marque, une notoriété, un secteur d’activité, mais vous manquerez de temps si vous ne vous organisez pas bien. Vous pouvez aussi risquer de nuire à votre marque avec un site mal conçu ou inactif. Par contre, cet aspect peut vous permettre de grandir, de voir plus loin… Et c’est bien là, l’objectif numéro 1 !

Je démarre de rien : Ce n’est pas forcément plus mal, mais il va falloir bien suivre les points suivant pour ne pas faire d’erreur en se lançant à la va vite. Au moins, vous avez carte blanche ! Vous n’avez pas à vous soucier de votre image et les coûts sont moindre pour se lancer, pas besoin d’un magasin et le stock peut être entrepôt à votre domicile (voir point 5).

LE SECTEUR D’ACTIVITE

Si vous n’êtes pas déjà dans un secteur d’activité, il va falloir s’assurer que votre idée est faisable, qu’elle peut intéresser les gens. Il existe des secteurs d’activité qui sont plus performant que d’autres. Cependant, plus s’est performant, plus vous avez de concurrence.

Comme le montre ce graphique (chiffre de l’année 2013 et 1er trimestre 2014 pour la France), les secteurs du voyage, des services (billetteries, développements photos, abonnements en ligne, souscriptions téléphone, internet…), des produits culturels et de la mode font parties des secteurs où les produits sont les plus souvent acheté en ligne (presque tous au-dessus des 50%).

Ce sont donc des secteurs où l’intérêt des internautes est grand, mais aussi où la concurrence sera la plus forte, ce qui en fait des secteurs compliqués à aborder.

 

Si l’idée vous prend de vous lancer dans l’e-commerce dans l’un de ces secteurs, il vous faudra un produit fort et innovant, ou une approche différente de vos concurrents pour vendre ces produits.

D’autres secteurs sont en perte de vitesse, comme les produits informatiques qui se place en 4ème position alors qu’ils scrutaient la 1ère place il n’y a pas si longtemps. Ce n’est pas simplement qu’il est en perte de vitesse, il y a toujours un grand nombre de personnes intéressées, mais les autres secteurs ont pris de l’ampleur avec le temps.

D’autres secteurs ne sont pas encore fortement développé, ce sont des secteurs qui pourraient avoir un intérêt du public, comme les articles de sport qui sont un secteur en pleine expansion en ce moment. Le tout est de trouver les bonnes méthodes pour gérer les processus de stockage, d’envoi de colis ou encore de motiver l’e-acheteur. Il faut tout de même faire attention aux effets de mode.

LA CONCURRENCE

Celui-ci est un gros point ! Mais il est souvent négligé par les futurs e-commerçants qui se disent avoir l’idée du siècle. Lorsqu’on a une idée, il faut bien se dire que soit, elle existe déjà ailleurs, soit elle est en cours de développement par une autre personne ! Ce qui veut dire que ça va compliquer les choses.

Mais si vous trouvez l’idée qui n’a pas de concurrence, alors, lancez-vous, mais ne commettez pas de faux pas ! Et dites-vous que, comme le disait Stephan Pire (@stephanpire) lors d’une récente conférence e-commerce : “si vous trouvez le filon qui fonctionne, profitez-en tant qu’Amazon n’a pas décidé de s’y lancer aussi !”

Il sera donc important de faire une analyse du marché, savoir qui sont vos possibles concurrents et voir comment ils fonctionnent, quels sont les fonctionnalités de leur site, leurs délais de livraison, les prix qu’ils font, avec qui ils travaillent, … En somme, trouver les failles pour savoir comment se positionner par rapport à eux sur le marché.

LES KPI’S

Les “Keys Performance Indicator”, il faut directement les coucher sur papier, et les garder en ligne de mire lors du développement de votre business. Ce sont eux qui vont définir votre ligne directrice.

Bien sûr, plus vous avancerez dans votre processus, et plus il faudra rajouter des indicateurs de performances à cette liste. Mais il est très important de savoir quels sont vos objectifs de base dès le début du processus de réflexion.

s

Attention toutefois, à ne pas les fixer sur des critères impossibles à atteindre, il faut rester raisonnable et réaliste. Penser à mettre en place des tableaux avec les objectifs que vous voulez atteindre chaque mois. Que ce soit en termes de visites uniques, en termes de CA, de ventes, de ROI, Voir même des objectifs d’avancement du projet…

LOGISTIQUE INTERNE

 

On parlait, dans le premier point, du stock. Dans ce cas de figure, nous avons 4 possibilités :

A domicile : Vous avez assez de place et ce que vous souhaitez vendre n’est pas encombrant, alors vous pouvez sans souci gérer ça de chez vous, cela limite les frais dans un premier temps.

Dans un entrepôt : Vous avez un entrepôt ou les moyens d’en avoir un (achat ou location), ou vous n’avez pas la place chez-vous, c’est un bon moyen de ranger votre stock.

Pour les 2 premiers points, pensez à une organisation précise et facile de votre stock, cela vous aidera à gagner du temps lors de la création des colis, vous permettant d’arriver à des délais de livraison très rapide. Il faudra aussi penser à un système de gestion de vos quantités en stock afin de toujours avoir ce qu’il faut, ou que le produit soit supprimé du site en cas de rupture de stock (souvent géré automatiquement par les plateformes e-commerce).

Via une agence de logistique : Il est possible de faire appel à des entreprises spécialisées qui vont stocker votre marchandise et gérer les envois de colis. Ainsi, vous n’avez pas à entreposer chez vous ou à payer un bâtiment, de plus, vous profitez de l’expérience de la société, et souvent aussi, d’un large choix de transporteurs. L’inconvénient est de faire confiance à la société tiers, qu’il faudra savoir gérer le réapprovisionnement du stock depuis vos locaux et puis ça a souvent un certain coût. D’ailleurs, ces sociétés demandent souvent une preuve d’un nombre d’envois suffisant pour accepter de travailler en collaboration.

En flux tendu : Pour ce point, vous n’avez pas de stock, les produits sur votre site sont ceux disponibles chez vos fournisseurs. Au moins, ça supprime les frais de stockage, mais cela peut augmenter votre temps de livraison. Le colis devant vous être livré avant d’être envoyé au client. Sauf si votre fournisseur est d’accord de faire automatiquement l’envoi vers le client. Il faudra alors incorporer toutes ces données dans la plateforme que vous utiliserez pour gérer votre boutique online.

LOGISTIQUE EXTERNE

Il s’agit bien sûr des transporteurs qu’on va utiliser pour la livraison de nos produits vers les clients (les livreurs qui nous les apportent sont souvent choisi par le fournisseur). Il est important de comparer et déjà réfléchir avec qui travailler avant la conception du site. Cela nous permettra d’avoir toutes les données à indiquer sur la plateforme pour l’automatisation du processus de panier. Ne pensez pas uniquement aux transporteurs privés …

Il faudra par contre estimer votre nombre de livraisons par mois, les transporteurs en ont besoin pour vous faire un contrat sur mesure. Bien que cela reste souvent théorique.

s

Le choix du transporteur doit être pensé en fonction de ce que vous envoyez, pensez à bien faire attention à toutes les conditions : poids maximum et minimum, dimensions max des colis, accords de livraison (des transporteurs refusent de livrer certains types de produits ou ne sont pas adapté pour), …

CONCEPTION

 

Qui va concevoir mon site ? Une agence web, ou je fais ça moi-même ? Les 2 sont possibles, mais avant de se lancer dans l’inconnue, il est utile de peser les pour et les contre.

Avec une agence web : C’est certainement le cas le plus sûr, vous aurez une équipe qui connait son sujet. Les employés pourront vous conseiller au mieux dans le choix de la plateforme à utiliser en fonction de votre cas et vous aideront à choisir les bonnes fonctionnalités. Vous pourrez aussi profiter de leurs expériences et de leurs conseils dans la gestion du site.

s

Attention à choisir une agence web avec une expérience probante dans le secteur de l’e-commerce. Et préférez utiliser un CMS connu et fortement utilisé tel que Prestashop, Magento, Wizishop, etc … Cela vous permettra de pouvoir facilement changer d’agence web en cas de problème.

Je sais, pour l’avoir vécu, qu’une fois qu’on a accepté de travailler avec une agence web qui utilise son propre système e-commerce, on est obligé d’utiliser le système et que chaque modification demande un travail de conception et de codage qui a un prix ! Alors que des plateformes connues et reconnues intègrent souvent un grand nombre de fonctionnalités de base ou via des extensions (parfois payantes mais moins cher quand même).

Soi-même : Si vous avez les compétences ou que vous vous sentez les épaules de le faire, il y a moyen de mettre tout ça en place soi-même. Cela demandera plus de travail mais pourra fortement réduire vos coûts. Mais il faudra souvent se satisfaire de ce qu’il est possible de faire avec les plateformes … Pour toutes extensions spécifiques à votre domaine d’activité, il faudra avoir recours à une agence web, sauf si l’extension existe déjà ailleurs.

s

Attention que la création même du site n’est pas des plus complexe, mais il est important de bien remplir tous les points nécessaires et les pages du site pour avoir un fonctionnement parfait de votre e-boutique. Si vous avez peu d’articles, vous pourrez créer vos pages produits à la main, mais si vous avez un grand nombre de produits à vendre, il faudra souvent importer un fichier (en CSV) contenant votre catalogue. Ce genre de processus n’est pas des plus simple. C’est souvent là qu’on aimerait avoir l’aide d’une agence spécialisée.

Pour ma part, pour les pays francophones et pour un site déjà bien fourni, mais simple d’utilisation en back office (partie du site non visible par le client), je conseille de partir sur un site en Prestashop. La plateforme est extrêmement bien pensée et facile à manipuler. Le nombre de fonctionnalités de base est déjà impressionnants et souvent suffisant. De plus, il existe un grand choix de modules additionnels et de design pour personnaliser au mieux votre site.

SEO

Le SEO (Search Engine Optimization ou référencement naturel en français) est un point extrêmement important, voir même le plus important, pour tous sites internet ! C’est ce qui vous permettra d’être trouvé par vos clients sur les moteurs de recherches tels que Google (utilisé par 95% des internautes en Belgique et 85% en France), Bing, Yahoo, Qwant, …

C’est pourquoi, il faudra absolument réfléchir aux différents mots-clés liés à votre activé. En s’y prenant avant, vous n’avez plus qu’à les insérer lors de la conception de votre site. Ces mots-clés doivent être liés à votre activité et à vos produits.

Vous devez vous imaginer à la place du client et penser à quels mots-clés il va taper sur les moteurs de recherches pour vous trouver. Tapez-les vous-même dans Google, cela vous aidera à agrémenter vos combinaisons de mots-clés (voir photos), car il est toujours plus intéressant d’avoir plusieurs mots-clés assemblés qu’un seul. Vous ne trouverez que les gros sites type Zalando en tapant “chaussure”, mais en précisant votre recherche, vous aurez d’autres résultats.

Ces mots-clés vous aideront aussi pour le point 13 de ces bonnes pratiques (SEA).

DESIGN

Penser à l’avance à ce que vous aimeriez comme design pour votre site. Attention de regarder ce qu’il se fait chez vos concurrents pour s’en inspirer ou non (fautes de goût).

Il est très important de se mettre “à la page” directement, un site fonctionnel, avec un design moderne, comme le “flat design” et attractif. Si vous utilisez un CMS (Prestashop, WooCommerce sur Wordpress, Magento, …), il existe déjà de nombreux thèmes pré-faits qui pourront vous aider et que vous pourrez modifier en grande partie pour s’adapter à vos exigences. Par exemple sur TemplateMonster ou ThemeForest, vous retrouvez un grand nombre de template (design) en tous genres, rangés par plateformes et catégories. Ceux-ci s’intègrent facilement sur les plateformes en majeur partie.

s

Attention à regarder après des templates avec des mises à jour régulières et non, une version 1.0 qui n’a jamais été mise à jour et qui ne s’adaptera pas par la suite aux modifications de votre plateforme.

INTÉGRATION DES PRODUITS

 

Avant la conception du site, il est intéressant de commencer à réfléchir sur l’intégration de vos produits sur le site (comme énoncé dans le point 7 : Conception). Pour se faire, plusieurs possibilités s’offre à vous :

Peu d’articles : Vous n’avez pas beaucoup d’articles ? Intégrez-les à la main dans le site ou la plateforme pour faciliter le travail. Pensez à des textes uniques (pas du copié-collé de la concurrence) qui vous permettront de mieux vous référencer (Google puni le copié-collé). Vous n’aurez donc pas besoin de préparer cette étape à l’avance. Sauf pour vous faciliter la tâche si vous le souhaitez.

Création d’une liste : Vous avez plus de 100 articles ? Faites un fichier Excel avec les caractéristiques des produits en reprenant les différents points repris dans une page produit. En plus de vous aider à vous organiser, le fichier transformé en CSV pourra être uploadé facilement sur la plateforme afin de remplir automatiquement tous les champs (ou presque) nécessaires pour chaque produit.

Vous retrouverez facilement des exemples de documents CSV avec le bon agencement des colonnes sur les sites des différentes plateformes.

Liste déjà existante : Souvent, vos partenaires/fournisseurs ont déjà des fichiers reprenant les différents éléments de chaque produit. Il vous suffira donc de les demander et de les intégrer à la plateforme le moment venu.

s

Attention que chaque produit n’aura pas forcément toutes les informations nécessaires pour remplir parfaitement tous les champs de la page produit. Je vous conseille de repasser sur les produits pour compléter les champs manquant.

Pensez aussi à intégrer vos données de référencement : meta-description, meta-keywords, title de la page (titre de page inscrit dans l’onglet de votre navigateur) dans les fichiers ou dans les pages produits.

SOCIAL MEDIA

 

Il est important de savoir sur quels médias sociaux vous allez axer votre communication digitale. Les 3 médias principaux en e-commerce sont Facebook, Twitter et Youtube, mais il en existe beaucoup d’autres qui peuvent être intéressants aussi comme Google +, Pinterest, Instagram, Snapchat, LinkedIn, un blog…

s

Attention de bien choisir les médias sociaux qui correspondent à votre secteur d’activité !

Les réseaux sociaux comme Pinterest ou Instagram seront intéressant pour des sites de ventes de produits de décoration, de vêtements, d’accessoires, ou des voyages, car c’est visuel et que ces plateformes sont privilégiées pour ça. Par contre, des produits informatiques ou des voitures lambda n’en auront pas besoin. Youtube est de la même trempe, il faut prendre l’habitude d’être régulier, sinon le suivit par vos clients n’y est pas.

Facebook

Il est maintenant devenu obligatoire, si vous n’y êtes pas, vous perdez la chance d’être vu par le plus grand nombre de vos clients. Il est possible de créer sa page et de la rendre non visible (attention, option à activer dans “Paramètres” après la création de la page, car elle est publiée directement), ce qui vous permettra de préparer votre page à l’avance.

Twitter

Il est intéressant de se créer un compte Twitter, mais pas obligatoire. L’avantage que vous aurez, c’est de pouvoir communiquer facilement sur des #hashtags orientés par rapport à votre business. En réservant votre pseudo Twitter avant de lancer votre site, vous diminuer le risque qu’une personne se crée un compte avec le nom de votre société et s’en servent pour avoir une communication propre à vous nuire ! C’est assez courant sur ce réseau social.

Avoir un compte sur chaque réseau social ne vous fera pas être plus visible pour autant, il est nécessaire de communiquer dessus de manière régulière, presque journalière. C’est pourquoi il est important de privilégier 2-3 médias plutôt que d’être sur tous et ne pas s’en sortir.

Je reviendrais plus en détails sur les différents médias sociaux dans un article complet sur le sujet.

SEA

 

Ou Search Engine Advertising, la manière d’optimiser votre publicité sur Internet. Souvent associé à Google Adwords, le SEA peut aussi être associé à des plateformes de retargeting (AdrollCriteo,…), ou d’affiliation (NetaffiliationTradeDoubler, …).

Vous allez me dire, pourquoi parler de pub alors que nous n’avons rien pour vendre encore ? Et bien parce qu’il est important de bien se préparer avant de mettre en ligne son site. Il faut bien se dire qu’un site e-commerce qui débute n’est pas encore référencé dans Google (ou un autre moteur de recherche) sur les mots clés important, c’est pourquoi, faire de la publicité est primordiale dès son lancement ! Ici, le but est de s’y préparer, de sélectionner les plateformes sur lesquels faire sa publicité. De prendre ses renseignements sur chaque plateforme. Bien sûr, je vous conseille Google Adwords directement, mais n’oubliez pas les plateformes d’affiliations qui peuvent vous aider à vous faire connaitre aussi. Les plateformes de retargeting (ou remarketing, c’est à dire, contacter des utilisateurs qui sont passés sur votre site mais qui n’ont pas réalisés d’achat, par exemple), ça sera pour l’étape d’après conception.

Vous n’êtes pas obligé de dépenser une fortune en publicité, un petit montant journalier ou mensuel suffit pour débuter. Maintenant, c’est sûr que si vous arrivez avec le même concept qu’un autre et qu’il met un montant de 1000€ par jour en publicité Adwords et vous seulement 10€, vous allez attirer moins de visiteurs. Mais il est important de bien concevoir vos annonces, elles pourraient largement faire la différence. En effet, ce n’est pas parce qu’une personne crée des annonces à tout va et met un gros montant dessus qu’elle va pour autant faire des ventes. Alors qu’une campagne publicitaire bien pensée va vous permettre de mieux cibler les utilisateurs et faciliter les ventes. Ainsi, vous pourriez attirer moins de visiteurs, mais avoir un meilleur ratio d’acheteurs. Google mettra alors vos publicités en meilleure position que celles de votre concurrent.

Mais alors, comment faire ? Et bien en utilisant au mieux les mots-clés que vous aviez préparé précédemment pour votre référencement (SEO). Pour savoir comment optimiser au mieux vos annonces Google, je vous donne rendez-vous, sur la page dédiée à ce chapitre, très prochainement.

COUTS

 

Même s’il est difficile d’estimer en prix général à la conception d’un site e-commerce en fonction des différents points précités, vous pouvez prévoir entre 0 à 10.000€ pour un site de base, suivant si vous faites un maximum vous-même ou si vous passez par une agence web.

Les coûts peuvent s’envoler à plus de 50.000€ pour toutes demandes de sites bien spécifiques et très complet, c’est à dire, avec une CRM intégré, une plateforme SAV, une intégration avec un ERP (Enterprise resource planning – un logiciel complet de gestion d’entreprise), une gestion externe de votre publicité (entreprise spécialisée en e-marketing), une logistique externalisé, etc …

BONUS : VENDRE SANS SITE

 

Il est également possible de ventre sur internet avec un statut d’entreprise sans pour autant se créer un site !

En effet, il existe des places de marchés tels qu’Ebay ou Amazon sur lesquels vous pouvez vous créer un espace vendeur pour vendre vos produits. Ces marketplaces vous prendrons une partie de votre bénéfice sur chacune des ventes, mais c’est aussi une bonne idée pour se lancer et voir si vos produits sont intéressant.

Facebook développe également son site pour permettre la possibilité de vendre directement dessus comme précisé dans cet article de Presse Citron. Vous aurez donc la possibilité de créer un mini site e-commerce sur une page Facebook

Si vous avez d’autres points en tête qui pourraient faire partie de cet article, n’hésitez pas à en parler en commentaire.

 

Pourquoi l’idée de ces articles ?

Parce que j’ai travaillé à la conception de plusieurs sites e-commerces, mais aussi à la gestion de certains sites, je suis aussi beaucoup de conférences dans le domaine. J’ai donc pu entrevoir plusieurs aspects de l’e-commerce. Mais surtout, j’ai pu remarquer les points qui sont souvent négligés, voir même oubliés par beaucoup d’e-commerçants avant de se lancer.

Cet article a donc pour but de sensibiliser les futurs entrepreneurs qui voudraient ouvrir leur boutique en ligne. Les aider à bien penser leur business model et si nécessaire, à leur faire abandonner leur idée, si elle s’avoue mal pensée.

Je peux également être disponible pour toutes aides, quant à la bonne manière de gérer un projet de lancement d’e-commerce.